Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 18:10

Comment Béla Bartók voyait Zoltán Kodály en 1921...

  


 

Depuis quelques temps, certains cercles musicaux n'ont de but que de me monter contre Zoltán Kodály. Ils voudraient faire croire que l'amitié qui nous unit est utilisée par Kodály pour son propre compte. C'est un mensonge des plus stupides. Kodály est un des compositeurs majeurs de notre temps. Son art, comme le mien, possède des racines doubles : il a jailli du sol paysan hongrois et de la musique française moderne [Debussy]. Mais quoique notre art ait puisé sa source dans ce sol commun, nos œuvres ont été entièrement différentes dès le premier jour... Il est possible que la musique de Kodály soit moins agressive [que la mienne], il est possible que sa forme soit plus proche de certaines traditions, il est également possible qu'elle exprime calme et méditation plutôt que des 'orgies débridées'. Mais c'est précisément cette différence essentielle qui, trouvant à s'exprimer dans sa musique en une manière de penser complètement nouvelle et originale, rend son message si précieux...
  
(Source : Naxos, reprise par Wikipedia)
  
  
Annexe à la note de programme : La méthode Kodály
 
Investi dans la recherche et le collectage de la musique traditionnelle (avec Béla Bartók) depuis 1905, Kodaly élabore entre les deux guerres une méthode d’initiation et d’apprentissage de la musique basée sur les chansons authentiques récoltées dans les villages dont il fait l’outil privilégié pour bâtir une éducation musicale cohérente de l’école maternelle à l’université. Et il rappellera jusqu’à sa mort que le bain dans sa « langue maternelle musicale » doit commencer 9 mois avant la naissance de l’enfant et mieux, 9 mois avant la naissance de sa mère. Aidé d’une équipe d’éminents collaborateurs, il propose une progression donnant la priorité à la voix, au développement précoce de l’audition intérieure et d’une première pratique polyphonique. L’apprentissage d’un codage écrit n’intervient que lorsque le répertoire d’une pratique chorale ou instrumentale l’exige. Il met aussi l’accent sur la nécessité de mieux former les enseignants, spécialement les instituteurs, et de toujours proposer des textes musicaux de valeur aux enfants. Ces choix permettent d’élaborer une démarche pédagogique applicable partout dans le monde puisque basée sur le patrimoine local de chansons, vécues d’abord dans leur contexte de jeux, de danses, de berceuses ou comptines etc. exprimées avec tout le corps, dans l’espace.
 
On peut voir un extrait du cours public à l’Opéra de Lyon en novembre 2008 (séquence de 7 minutes sur la différenciation entre la pulsation et le rythme, suivie par la séquence sur la première polyphonie)

 

 http://sites.radiofrance.fr/francemusique/ev/fiche.php?eve_id=240000154

 

On peut aussi voir des vidéos d’enfants suivant la méthode Kodaly en maternelle, en CP et en CM1 sur

http://www.kodaly.fr/

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires