Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 18:36

 

Il n'existe pas de manuscrit autographe de la Fantaisie chromatique et Fugue en ré mineur BWV 903  pour clavecin, mais il en existe de nombreuses copies, souvent avec des variantes ; elle offre ainsi aux chercheurs un champ d'étude difficile. On n'a pas encore éclairci le point de savoir quelle version Kodály a utilisé. Si la comparaison avec l'édition Henle montre pour la partie d'alto certaines erreurs d'impression, l'absence de barres de mesure ainsi que certaines modifications résultent de choix faits intentionnellement par Kodály. De même la conclusion : la Fantasia cromatica prend fin contrairement à ce qu'écrit Bach. Il n'y a cependant pas lieu de blâmer une telle liberté dans le traitement de la partition musicale originale. La transcription donne à celui qui la réalise, comme à celui qui la joue, une vision précise, et le moyen de pénétrer les structures de l'original. Il a gagné la liberté. Mieux que communiquer à nouveau, il peut en faire ressortir à neuf le caractère original et l'esprit, à sa manière à lui. Bach et les maîtres anciens ont allègrement transcrit et ils se sont appropriés ainsi de nouvelles techniques de composition. De même Zoltán Kodály, qui a transcrit pour alto la Fantaisie chromatique en 1950. Audacieux au point de repousser, par la mise en œuvre de raffinements chromatiques et harmoniques, la composition de Bach jusqu'aux frontières de la tonalité majeur-mineur. Virtuose au point que l'interprète (comme si tout cela lui venait spontanément), doit faire face aux cascades de tonalités, aux arpèges et aux triples cordes acrobatiques avec ses deux mains. Téméraire au point de transcrire la Fantaisie chromatique pour un instrument à cordes, et d’en faire sonner toutes les notes sur quatre doigts seulement. L'œuvre se divise en deux parties bien différentes, une ouverture multiforme qu'on pourrait croire improvisée, et un récitatif instrumental très prenant, l'un des plus vastes et des plus expressifs de toute la littérature.

 

(Source : Christine Mitlehner, http://www.musiktext.de/texte/bach_chrom903_txt.htm, traduction Brittany Mélodies)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires