Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 13:45

 

Trio für Violine, Bratsche und Cello op. 34 "Alois Hába gewidmet. 1924"

1. Toccata. Schnelle Halbe

2. Langsam und mit großer Ruhe (Achtel)

3. Mäßig schnelle Viertel

4. Fuge. Sehr lebhafte Halbe

 

Durée : 17' (une version youtube donne 21 minutes)

 

Créé le 6.8.1924 II. Kammermusikfest der Internationalen Gesellschaft für Neue Musik Salzburg Violine: Licco Amar Viola: Paul Hindemith Violoncello: Maurits Frank

 

Première édition: 30.7.1924

• Titre : "Op. 34. / Trio für Violine, Bratsche und Violoncello" 30 pages.

• Datation: I. Satz: 12./13.4.1924; II. Satz: 24.4.1924; III. Satz: 29.4.1924; IV. Satz: 23.5.1924 éditeur : Verlag Schott Music International, Mainz

 

Considéré comme la plus forte personnalité de la musique allemande de l’entre deux guerres, Paul Hindemith aura été le chef de file du courant néoclassique. Ses oeuvres de musique de chambre souffrent d’une réelle méconnaissance. On les joue rarement, on les enregistre peu, alors qu’il s’agit d’un des catalogues les plus abondants de la littérature du XXème siècle. Pourquoi une telle situation ? (B. Fournier Histoire du quatuor à cordes, page 1007).

 

Hindemith commence par être iconoclaste (citons 1923 Minimax –Repertorium für Militärmusik, anthologie de musique militaire pour quatuor à cordes, 1925 l’Ouverture du Vaisseau Fantôme jouée à vue par un orchestre thermal de deuxième catégorie à sept heures du matin) et termine conservateur. Entre-temps, cet instrumentiste hors pair, altiste de renommée mondiale, sachant jouer de multiples instruments baroques, capable de jouer en concert la partie de clarinette de son quintette opus 30 aura écrit de très nombreuses oeuvres parmi lesquelles on retiendra Mathis le peintre. Il ne s’agit pas de Henri Matisse, mais du peintre du retable d’Issenheim. Il a écrit deux trios et sept quatuors à cordes.

 

"Avant même le début de sa carrière de quartettiste professionnel, Hindemith avait exploré le répertoire du genre et en particulier pendant la guerre (de 1916 à 1918) grâce à un officier supérieur grand amateur de musique qui lui demandait souvent de tenir la partie de premier violon pour travailler des partitions de quatuor avec quelques autres soldats appartenant à l’harmonie du régiment. Fervent admirateur de la culture française, cet officier leur avait fait ainsi découvrir le Quatuor de Debussy, et détail émouvant, alors qu’ils le jouaient dans un concert privé, ils apprirent la mort du compositeur français qui venait d’être annoncée à la radio. Avertis après le deuxième mouvement, ils s’interrompirent et Hindemith révèle avoir compris à ce moment précis la valeur universelle de la musique qui dépasse «les frontières politiques, les haines nationales et l’horreur de la guerre" (B. Fournier, op cit p.1009)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires