Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 09:46

     

   

Ph18 Busoni Berlin 1920

 

 

 

Busoni rédige ses lettres en quatre langues, dont le français. Il en résulte de petites fautes.

 

BUSONI A BIOLLEY impresario et ami

Busoni se retrouve à Neuchâtel pour un récital organisé par Biolley deux jours seulement après. Il écrit le 10.11.1917 à son ami suisse banquier (Mus. ep. F. B. 179):

« Je n’ai que 2 jours pour préparer 2 programmes, et je m’étais arrangé à l’idée d’avoir 6 jours pour en étudier un. Je tâcherai d’y arriver, quoique ça soit une fatigue eccessive (sic) ; mais il serait une grande facilitation si on annonçait à Neuchâtel les 12 Études de Chopin au lieu des 24 Préludes. »

 

BUSONI A ISIDOR PHILIPP, Zurich, 31 Juillet 1920

Mon cher ami Philipp,

maintenant c’est décidé, j’irai à Berlin. - Voilà d’abord les raisons:- mon habitation est menacée1, si je ne me montre pas présent -- je dois assister aux répétitions de mes opéras -- je suis débiteur d’une visite personnelle et artistique -- j’ai accepté la classe de maîtrise en composition à l’Académie de l’État: donc, j’y vais, je suis obligé d’y aller; mais je considère l’entreprise toujours comme expériment, (presque une épreuve) et déjà j’envisage la tragique possibilité d’un nouveau déménagement. Je me suis réservé la liberté de six mois, du 1er Janvier jusqu’à la fin de Juin- pour mes projets de Paris, Londres et Rome. J’aimerais fixer d’abord Paris, comme point de départ. Je vous prierai donc d’avoir la grande bonté et patience de vous occuper des dates. Je pense que les deux concerts à la Société du Conservatoire, les deux avec Pierné et deux ou trois récitals formeront une série plus que suffisante - si ce n’est déjà trop. Ces jours ont été assez énervants, avec ses conférences et discussions, les doutes et les décisions. -Jeté hors de toute possibilité de concentration; je suis incapable de travailler. Il faut vite en finir, pour ------ recommencer, et ainsi da Capo al fine...Nommez-moi les morceaux proposés aux concerts d’orchestre, je les ai oubliés. Je vous souhaite un bon repos à St. Bernard. Embrassez-moi Marcelle (si elle est là) comme je vous embrasse (par amour ou par force).Votre affectueusement dévoué.

F. Busoni

 

1 la crise économique créa un état diffus d’incertitude, in ogni campo, alimentant la criminalité.

     

 

 

(Source photo : www.rodoni.ch)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires