Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 09:48

 

 

 

    Ph22 Busoni

 

 

 

 

Ferruccio Busoni écrit en 1895 ce poème humoristique intitulé Virtuosenlaufbahn

 

Pour commencer, l’horaire des trains. S’y retrouver.

Le voilà, enfin : page cent trois. Pas de correspondance.

La liaison est-elle donc impossible ? Pas de wagon-lit ?

Amen, ça ne fait rien. Ensommeillé et transi, j’arrive à onze heures. Un type est là : « La répétition attend ».

« Je n’ai pas encore pris mon petit-déjeuner ».

Il me répond : « Désolé, la répétition est publique ». Allons-y, donc.

Je cours hors de l’hôtel, l’adjoint me reçoit sur un ton aigre-doux :

« Vous êtes en peu en retard ! Mademoiselle a chanté ses morceaux depuis un momentdéjà ».

Je me précipite au piano.

Mes habits de voyage, je les porte encore.

Mes mains sont froides.

Maintenant, c’est fait.

Malheureusement, le critique était là : trop vieux pour sortir le soir.

Qu’importe si le soir ça fonctionne à merveille ?

La recension se fait à partir de la répétition.

Seulement, pas de bis, car il est déjà tard et la gare assez loin.

Encore trempé, j’atteins mon coupé.

« Messieurs, en voiture ! » et le train est déjà en branle.

Et encore une fois on part sans dîner, et demain matin la répétition est à dix heures.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires