Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 11:50


Frédéric CHOPIN (1810-1849)       

  


   

Enfance et jeunesse

 

(Fryderyk Franciszek) Chopin est né le 1er mars ou le 22 février 1810 à Zelazowa Wola en Mazovie qui faisait partie du duché de Varsovie. Le manoir de Zelazowa Wola appartenait au Comte Skarbek et le père de Frédéric Chopin, Nicolas Chopin, polonais d'origine française, y était employé comme tuteur. Né en 1771 en Lorraine, Nicolas Chopin partit en Pologne et s'y établit de façon permanente. Il ne retournera jamais en France et n’aura plus de relations avec sa famille française. Ses enfants seront élevés comme des polonais. En 1806, Nicolas Chopin se marie avec Tekla Justyna Krzyzanowska qui était une domestique de la famille Skarbek. Ils auront quatre enfants : trois filles, Ludwika, Izabela et Emila, et un fils Fryderyk, le second enfant. Quelques mois après la naissance de Fryderyk, la famille déménage à Varsovie où Nicolas Chopin avait obtenu le poste d'enseignant de langue et de littérature françaises du Lycée de Varsovie. Il dirigeait aussi un pensionnat pour les fils de bourgeois. À 7 ans, Frédéric avait composé deux polonaises, dont la première fut publiée, et le "petit Chopin" devint une attraction dans les salons de la capitale. Il commença aussi à donner des concerts publics pour des oeuvres charitables. En 1822, son professeur, lucide devant les capacités de son élève, le confia à Wilhelm Wurfel, professeur au Conservatoire de Varsovie. Étudiant au Lycée de Varsovie où son père était professeur, il passe ses vacances chez des parents d'amis du lycée et découvre la musique folklorique lors des noces et des fêtes traditionnelles paysannes. C’est en familier de la richesse des rythmes et des danses traditionnelles de la Pologne qu'il composera ses premières mazurkas en 1825. Cette source d'inspiration lui restera jusqu'à la fin de sa vie. En 1826, Chopin débute la théorie musicale et la composition à l'École Supérieure de Musique de Varsovie. Le directeur et compositeur Josef Elsner l’y dispense de cours de piano mais reste intraitable sur le contrepoint. Chopin acquiert, là, de solides bases pour la composition. En 1829, Elsner écrit dans un rapport: «Chopin, Fryderyk, étudiant de 3è année, talent exceptionnel, génie musical».

 

L’ordre règne à Varsovie….

 

En juillet 1829, il fait une courte excursion à Vienne pour se faire connaître. Il donne deux concerts avec orchestre au Kartnertortheater où il remporte un succès immense auprès du public. L'éditeur Tobias Halinger imprime ses Variations sur un thème de Mozart. Ce fut la première publication d'une oeuvre de Chopin hors de Varsovie. À son retour à Varsovie, Chopin, écrit, entre autres, ses deux concertos pour piano et orchestre. C'est aussi la période des premiers nocturnes, études, valses, mazurkas. Chopin donne un dernier concert, le 11 octobre 1830, au Théâtre National de Varsovie. À peine arrivé à Vienne, il apprend le début d'hostilités à Varsovie contre la subordination du royaume de Pologne à la Russie et la présence du tsar russe sur le trône de Pologne. Chopin demeure à Vienne. Les nouvelles oeuvres, qui révèlent force et passion, incluent le Scherzo en si mineur et, surtout, les Études de l'opus 10. Chopin abandonne l’idée d’aller en Italie, qui entre en guerre avec l’Autriche, et se dirige vers Paris. C'est au cours du voyage que Chopin apprend la chute de Varsovie aux mains des russes. À l'automne 1831, Chopin arrive à Paris ; comme plusieurs de ses compatriotes, il y est reçu de manière amicale. À Paris, la réputation de Chopin grandit rapidement. Il devient un ami de Liszt, Mendelssohn, Berlioz. Plus tard, en 1835, à Leipzig, il rencontrera Schumann qui tient ses oeuvres en haute estime et qui a écrit des articles enthousiastes sur Chopin. Le succès du concert de Chopin, le 26 février 1832, à la salle Pleyel est énorme et Chopin devient célèbre à travers tout Paris. Cette célébrité éveille l'intérêt des éditeurs et, à l'été 1832, Chopin signe un contrat avec l'éditeur le plus important de Paris, Schlesinger. À Paris, Chopin donne des leçons de piano. Il devient un professeur populaire dans les salons de l'aristocratie polonaise et française où il donnait la pleine mesure de ses talents pianistiques. En revanche, il n'aimait pas les performances en public et ne s'y présentait que rarement et plutôt contre sa volonté. Chopin s'installe définitivement à Paris, où il a délibérément choisi le statut d'émigré. Il n'a jamais présenté son passeport à l'ambassade russe. De ce fait, Chopin ne pourra jamais retourner dans sa patrie. Le compositeur ne pouvait rencontrer ses parents que hors de Pologne et Chopin les rejoint en août 1835 à Karlsbad. C’est près de Dresde qu’il tombe amoureux de Maria Wodzinski. Les parents de Maria, devant le mauvais état de santé du fiancé qui avait été malade durant l'hiver, refusèrent le mariage. L'expérience lui fut extrêmement douloureuse.

 

George Sand, l’amour, la séparation, la mort

 

En juillet 1837, Chopin se rend à Londres et entame une liaison étroite avec George Sand. Divorcée avec deux enfants, George Sand, son aînée de six ans, offrait à l'artiste solitaire ce dont il manquait depuis son départ de Varsovie : une tendresse extraordinaire ainsi que des soins chaleureux et maternels. Les amoureux passent l'hiver de 1838/1839 à Majorque. Au cours de l’hiver, Chopin devient gravement malade (tuberculose). Il compose néanmoins une série de chefs d'œuvre : les 24 préludes, Polonaise en do mineur, Ballade en fa majeur, Scherzo en do dièse mineur. Il y restera jusqu'en 1846, ne retournant à Paris que pour y passer les hivers. Ce sera sa période la plus heureuse et la plus productive. La majorité de ses oeuvres les plus remarquables et les plus profondes furent composées à Nohant. À Paris, Chopin et George Sand étaient traités comme un couple marié. Les deux avaient des amis communs : Delacroix, la chanteuse Pauline Viardot, etc. Pendant des années, le couple a joui d'un amour et d'une amitié profonde. Le temps et l'attitude hostile du fils de George Sand entraînèrent leur séparation finale en juillet 1847. Cette expérience pénible, conjuguée à la perte de Nohant, si important pour sa santé et sa créativité de compositeur, eurent un effet dévastateur sur la santé physique et mentale de Chopin. Il abandonna presque complètement la composition et, de ce jour jusqu'à la fin de sa vie, il n'écrira que quelques miniatures. En avril 1848, Chopin partit pour l'Angleterre et l'Écosse. Concerts et visites se suivent dans les châteaux de l'aristocratie écossaise. Cette vie trépidante, la tension excessive due aux nombreux voyages et concerts conjugués à un climat nuisible pour ses poumons, endommagèrent encore plus sa santé. Chopin donna son dernier concert, le 16 novembre 1848, pour des émigrants polonais à Londres. Quelques jours après, il retourna à Paris. La maladie progressait rapidement. À l'été 1849, Ludwika Jedrzejewiczowa, la soeur aînée du compositeur, vient de Varsovie prendre soin de son frère malade. Le 17 octobre 1849, Chopin meurt de tuberculose pulmonaire. Il est enterré au cimetière Père-Lachaise à Paris. Toutefois, selon ses dernières volontés, son coeur fut rapporté par sa soeur à Varsovie, dans l'église Sainte-Croix à Krakowskie Pezedmiscie.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires