Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 14:00
 
du 24 au 31 août 2013
8ème Festival de Pordic
 
 
 
 
 
Mercredi 28 août 2013 | 20h30 | Centre Culturel Le Cap (Plérin, 22190)
BAROQUE & MODERNITÉ (I) : de Bach à Debussy
François Dumont, piano
 
Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Suite anglaise N° 3 en sol mineur BWV 908 (Prélude – Allemande – Courante  – Sarabande – Gavotte I & II – Gigue)
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Sonate en la mineur KV 310 (Allegro maestoso – Andante cantabile con espressione – Presto)
Claude Debussy (1862-1918)
Estampes (Pagodes – La soirée dans Grenade – Jardins sous la pluie)
Frédéric Chopin (1810-1849)
Nocturne Op.48 N°1
Barcarolle Op.60
Scherzo N°3 Op.39
 
 
 
François Dumont nous propose un itinéraire passionnant de Bach à Debussy en passant par Mozart et par Chopin. Ces trois compositeurs partagent une grande admiration pour Bach. Mozart le transcrit, Chopin et Debussy écrivent leurs préludes en pensant aux Préludes & Fugues.
 
 
Tornate all'antico e sarà un progresso. Tournez-vous vers le passé et ce sera un progrès.
 
Souvent cité de façon erronée sous la forme «Torniamo (tournons-nous) all'antico e sarà un progresso», c’est extrait d’une lettre de Giuseppe Verdi à F. Florimo, Genève, du 5 janvier 1871, et publiée par Florimo dans Riccardo Wagner e i Wagneristi, Morelli, 1883. Le progressiste Verdi avait-il déjà en tête la fugue finale de Falstaff ? Pensait-il à sa Scala enigmatica (l’une des pièces sacrées Pezzi sacri) ? Nul ne le sait. Mais il est notable de trouver cette idée sous la plume d’un auteur aussi moderniste en son temps.... Toujours est-il que cette citation éclaire BAROCCO SAXO le récital de Michel Devillers comme elle éclairera les récitals de piano des 28 et 31 août regroupés sous le titre BAROQUE& MODERNITÉ I et II
 
 
 
François Dumont
 
 
    

Johann Sebastian Bach (1685-1750)

 

Suite anglaise N° 3 en sol mineur BWV 908

(Prélude – Allemande – Courante  – Sarabande – Gavotte I & II – Gigue)

 

 

Préface du musicologue Rudolf Steglich aux Suites anglaises (Henle éd.)

 

Ces six suites pour piano de Johann Sebastian Bach furent déjà nommées « Suites Anglaises » dans la deuxième moitié du 18e siècle, parce qu’elles avaient été écrites pour « un Anglais de distinction » comme le suppose Forkel, le biographe de Bach. Ceci a peut-être un rapport avec la remarque : « faites pour les Anglois » écrite sur la copie des Suites ayant appartenu au plus jeune fils de Bach Johann Christian qui vivait à Londres. -> lire la suite

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

 

Sonate en la mineur KV 310

(Allegro maestoso – Andante cantabile con espressione – Presto)

 

Cette sonate en la mineur ouvre soudain les portes d’un autre monde. Einstein a probablement eu raison de supposer que la sonate avait été écrite sous le poids du chagrin de Mozart, causé par la mort de sa mère à Paris.

 

- En savoir plus sur les trois séjours de Mozart à Paris ->

 

- Introduction par Paul et Eva Badura-Skoda

« Mozart, c’est une pierre de touche du cœur. Si je veux montrer à quelqu’un de cher que je l’aime, je me mets au piano et lui joue une pièce de Mozart ». Ces mots du grand interprète de Mozart, Edwin Fischer, exprimaient un message essentiel. -> lire la suite

 

- Mozart chez Grimm et Madame d'Epinay, par Martin Fontius ->

 

 

 

 


Claude Debussy (1862-1918)

 

Estampes (Pagodes – La soirée dans Grenade – Jardins sous la pluie)

 

Estampes est une œuvre pour piano composée par Claude Debussy en 1903. Sa création eut lieu le 9 janvier 1904 par le pianiste Ricardo Viñes à la Salle Érard de la Société nationale de musique. Il s'agit d'un triptyque de trois pièces assez courtes intitulées Pagodes, La soirée dans Grenade et Jardins sous la pluie. -> lire la suite

 

 

 

              

 


Frédéric Chopin (1810-1849)

 

 

Nocturne Op.48 N°1

 

C'est un des nocturnes les plus longs, et l'un des plus dramatiques. Il constitue un véritable journal intime de Chopin, dans lequel on peut deviner l'expression d'une douleur intense. -> lire la suite 

 

 

Barcarolle Op.60    

 

À l'automne 1845, un projet de voyage en Italie fut abandonné devant l'hostilité de Maurice, le fils de George [Sand] . La composition de la barcarolle, n'est sans doute pas étrangère à cette décision. -> lire la suite 

 

 

Scherzo N°3 Op.39

 

Ce scherzo est le plus dramatique des quatre. Il a été dédié à Adolf Gutmann parce que, selon Wilhelm von Lenz, seul Adolf pouvait jouer les accords à la basse, qui dépassent l’envergure de la main gauche (ré–fa#–si–ré–fa# à la mesure 6). Adolf était un des élèves de Chopin apparemment les plus physiquement remarquables. -> lire la suite

 

 

 

Découvrir les notes de la gamme dans les différentes langues ->

 

 

 

     

Partager cet article

Repost 0

commentaires